entremont le vieux

Les seniors

Portage des Repas

Résidence Béatrice : 04.79.36.62.79

portage_repasLe portage des repas à domicile depuis la Résidence Béatrice était devenu lourd de contraintes : temps de transport trop long surtout en période hivernale, temps calculé pour répondre aux normes d'hygiène en liaison chaude, coût du service trop élevé.Depuis le 2 Mai 2011, les repas sont servis en liaison froide, c'est l'entreprise « Trait-Alpes » qui est le prestataire de cette opération. Les repas sont livrés tous les 2 jours et doivent être mis immédiatement au réfrigérateur lors de la livraison.Les plats se réchauffent au four à micro-ondes. Le coût du repas s'élève aujourd'hui à 7€50 (+1€ avec le potage).
C'est toujours le Centre Intercommunal d'Action Sociale de la Résidence Béatrice qui gère ce service (nouvelle demande, facturation......)

 

Club des Aînés Ruraux d'Entremont-le-Vieux

 

« De l'isolement rural à l'animation festive »

 

5Ce mouvement associatif de retraités et personnes âgées, attaché aux valeurs de solidarité, de partage et de proximité en milieu rural, fête ses trente-cinq ans cette année avec quelques 900 000 adhérents dans notre pays. Notre club, qui fut l'un des premiers à adhérer en Savoie, les fêtera l'an prochain.

A une époque où la recherche du sens et des racines prend souvent l'allure d'une quête éperdue, il était important de développer des activités visant à rompre l'isolement, sauvegarder la vie dans nos campagnes, en aidant ceux qui souffrent de la solitude et pour qui la visite du facteur est souvent le seul lien concret avec l'extérieur.

 

Donner du temps aux autres fait partie de cette contribution pour aider à transmettre intact ce qu'on a mis une vie à construire, que ce soit pour l'aide aux enfants à la sortie de l'école, ou des lectures en classe et l'évocation de la vie d'autrefois pendant les durs hivers sans le confort actuel, ou organiser des manifestations comme le téléthon.

Mais sans optimisme, une solide amitié entre ceux qui animent et les aînés qui les suivent, rien de sérieux ne peut s'établir. Il faut pouvoir dire : « Il fait bon vieillir. Être jeune, c'était tuant » comme l'a écrit le Suédois Söderberg.

Il faut s'évertuer à multiplier les rencontres amicales, les repas, les brefs voyages. Les rendez-vous du jeudi, pour les acharnés de belote, se déroulent d'octobre à avril dans une joyeuse atmosphère et nos assemblées se réunissent pour le tirage des Rois, la fête des Mères, le goûter de Noël, sans oublier le repas annuel des joueurs de cartes. Des sorties plus ou moins gastronomiques sont élaborées autour de thèmes « appétissants » : petite friture, morue ou grenouilles, et un voyage annuel nous fait découvrir quelques richesses quelquefois insoupçonnées de notre belle région. Pour les danseurs, celles et ceux qui ont encore le pas saccadé de la java ou la foulée chaloupée du tango, peuvent se défouler lors du repas « chevreuil » en mars ou pour l'assemblée générale d'octobre.

Nous participons aussi aux animations locales comme la fête des artisans, certains1 pour la confection et la vente des matafans, d'autres pour la tenue d'un bar et quelques-uns se sont dévoués pour le rassemblement international du francoprovençal qui a réuni près de 800 participants sous le chapiteau, avec costumes régionaux splendides du Val d'Aoste, de Suisse, de la Bresse et de notre village d'Entremont, ainsi que d'autres contrées savoyardes et haut-savoyardes. Avec les danses, les chants, la musique, ce fut une fête magnifique malgré les fureurs du ciel.

A défaut de rester beau comme Dorian Gray, le héros d'Oscar Wilde, nous sommes assurés de vivre de plus en plus vieux, notre espérance de vie augmente d'un trimestre par an et la moitié de ceux nés depuis 2000 auront l'espoir d'être centenaires. Les avancées de la médecine nourrissent peu à peu l'illusion du docteur Faust, celle de maîtriser les ravages du temps en conservant forme et bien-être.

« Vivre consiste à vieillir » comme le disait Paul Léautaud. Il faut consentir à ce que les choses se détachent de nous puisque nous ne savons pas nous détacher d'elles. Tout le monde voudrait vivre longtemps mais personne ne veut être vieux.

Alors, ensemble, soyons solidaires et partageons de nombreux instants de convivialité et merci à tous ceux qui nous le permettent : Delphine, Aline, Jacqueline, Thérèse, Annie, Yvonne, Jean-Louis, Joël, Georges, René, Pierre, Fernand...et que ceux que j'ai oubliés veuillent bien me pardonner.

Article rédigé par M. René Gallin-Frandaz